Lot et Garonne

Pierre Camani et Henri Tandonnet solidaires pour valoriser la filière fraise lot-et-garonnaise

Catégorie : Communiqués de presse

Alors que la première lecture du projet de loi d’avenir sur l’agriculture, l’alimentation et la forêt s’achève au Sénat, Pierre Camani et Henri Tandonnet, Sénateurs de Lot-et-Garonne, organisent ce soir à 18h30, en partenariat avec l’Association d’Organisations des Producteurs nationale Fraise (AOPn), une dégustation-débat entièrement consacrée à la présentation des enjeux de la filière fraise.
En tant que co-présidents du Groupe d’études « Fruits et Légumes », les sénateurs souhaitent attirer l’attention des parlementaires et de la presse spécialisée sur le dynamisme de cette filière grâce au travail de mise en réseau réalisé par l’AOPn. Le Lot-et-Garonne est aujourd’hui le premier département producteur de fraises en France.
Le Président de l’AOPn, Xavier Mas, viendra exposer les grands enjeux de la fraisiculture tandis le Président de l’Association Interprofessionnelle de la Fraise de Lot-et-Garonne, Philippe BLOUIN, présentera les différentes variétés de fraises aux participants.
L’objectif défendu par les deux sénateurs est de mettre en évidence les résultats obtenus par l’AOPn qui, grâce à une politique variétale intelligente, des formations adaptées pour obtenir des produits de très haute qualité et une communication efficace, a réussi à reconquérir le marché français malgré une vive concurrence européenne et mondiale.
Cette initiative lot-et-garonnaise a permis à la fois de fédérer de nombreux producteurs, de renforcer la qualité et de répondre aux exigences des consommateurs. L’obtention du « Label Rouge Fraise » délivré en 2009 par le Ministère de l’Agriculture a récompensé les efforts menés par l’AOPn pour rendre attractif le secteur ce qui bénéficie à l’ensemble du département.
Des jeunes agriculteurs sont aujourd’hui attirés par la fraisiculture et augmentent encore les capacités de production de fruits et légumes du Lot-et-Garonne déjà très bien placé au niveau national.

Pierre CAMANI mobilisé sur la loi d’avenir sur l’agriculture, l’alimentation et la forêt examinée cette semaine au Sénat

Catégorie : Communiqués de presse

Rapporteur pour avis de la loi d’avenir agricole pour la Commission Aménagement du territoire et Développement durable au Sénat, Pierre Camani a débuté hier soir l’examen de ce texte fondateur pour l’agriculture française de demain. La première lecture s’achèvera très certainement dans la nuit de samedi…
Avec 25% d’exploitations en moins en 10 ans et un recul de ses parts de marché à l’exportation, l’agriculture française traverse des difficultés. Mais la ferme France demeure l’une des plus performantes du monde !

Le projet de loi présenté par le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll, reconduit dans ses fonctions dans le nouveau Gouvernement, a pour ambition de donner un nouvel élan à notre agriculture en favorisant des modèles de développement à la fois plus performants et durables.

La compétitivité économique et la compétitivité environnementale sont désormais placées au même plan. Car la performance environnementale devient un atout essentiel dans la compétition mondiale.

L’originalité du texte réside dans le fait que cette orientation ne se réalise pas par le règlement et la contrainte, mais par la stimulation de l’expérimentation, des pratiques innovantes et leur diffusion auprès des agriculteurs. Le Groupement d’intérêt économique et environnemental va permettre d’offrir ces opportunités.

La performance sanitaire constitue un enjeu important du texte et répondra aux attentes de nos concitoyens en termes de transparence, de traçabilité et de qualité des produits.

Prévoir l’avenir, c’est aussi assurer le renouvellement des générations. C’est pourquoi, des mesures spécifiques sont prises pour favoriser l’installation des jeunes agriculteurs. Par ailleurs, le projet de loi réaffirme le rôle stratégique de l’enseignement agricole technique et supérieur qui est défini comme la clef de voûte du changement des pratiques et systèmes agricoles au service de la double performance économique et environnementale. Enfin, la création du nouvel Institut national agronomique, vétérinaire et forestier parachèvera la volonté de promouvoir l’excellence de la recherche française dans le domaine agricole.
Pierre Camani salue ici la démarche novatrice de ce projet de loi d’avenir qui dépasse les clivages obsolètes entre, d’un côté, une agriculture productiviste et, de l’autre, une agriculture écologique.

Matthias FEKL et Pierre CAMANI saluent la décision du Tribunal de commerce d’Agen concernant la société Villeneuve Pet Food

Catégorie : Communiqués de presse

Ce prononcé participe à la sauvegarde de l’emploi sur le bassin d’emploi du Villeneuvois et préserve un tissu industriel de qualité dans notre département. Aussi, ils rappellent leur vigilance constante aux côtés du Maire de Villeneuve-sur- Lot et de son équipe, ainsi que leur implication aux côtés des salariés afin de pérenniser durablement l’activité du site.

BMS UPSA réaction de Pierre Camani et Lucette Lousteau

Catégorie : Communiqués de presse

Lucette Lousteau et Pierre Camani relèvent une inflexion manifeste de la position de la ministre de la Santé, Marisol Touraine, dans sa réponse apportée à la question posée par Lucette Lousteau lors de la séance des questions au Gouvernement le 19 février 2014 à l’Assemblée Nationale. En effet, plusieurs éléments d’ouverture encourageants pour les salariés de BMS UPSA ont été relevés. Pour la première fois, la ministre évoque l’enjeu que constitue le maintien des sites de production de médicaments en France et y associe, en corollaire, la question de l’emploi. A la menace, ressentie comme imminente, d’une décision en faveur de l’inscription du paracétamol au tableau des génériques, la Ministre répond :
  • par le report à Janvier 2015, de la baisse des prix pour respecter le besoin de temps d’adaptation demandé par les industriels,
  • par le travail qui va s’engager à partir des observations déposées par les industriels auprès de l’ANSM,
  • par les travaux à venir, à partir d’éléments structurels, dans le cadre du conseil stratégique pour la réduction de la dépense publique, avec un double objectif de politique de santé et de politique de production industrielle.
Si l’aspect calendaire de la réponse ne comporte que la date de Janvier 2015, il faut noter que c’est aussi la première fois qu’une date est avancée par le Gouvernement. Même si, à ce stade, la question de savoir s’il faudra inscrire le paracétamol au tableau des génériques reste posée, ce délai de dix mois donnera du temps à toutes les initiatives engagées pour se développer avec la même détermination et faire entendre l’intérêt des salariés de BMS- UPSA et l’avenir industriel de notre territoire.

Générication du Paracétamol

Catégorie : Communiqués de presse

Lucette Lousteau, Députée, et Pierre Camani, Sénateur et Président du Conseil général, ont été reçus aujourd’hui au Ministère de la Santé et des affaires sociales par les conseillers techniques et politiques de la Ministre, afin d’évoquer l’avenir du site de BMS-UPSA à Agen. La Ministre Marisol Touraine a en effet tenu à ce que les membres de son cabinet les plus proches et les plus impliqués dans ce dossier les rencontrent. Matthias Fekl, Député, Conseiller régional, était représenté.

Ce rendez-vous, obtenu en urgence, visait à répondre aux inquiétudes soulevées par la consultation engagée par l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé relative à la création d’un groupe générique sans référence pour le paracétamol.

Lors de cette réunion de travail, il a été rappelé que la procédure engagée par cette Agence visait à ouvrir la consultation en direction des industriels (37 spécialités seraient concernées) afin de recueillir leurs observations sur les répercussions qu’une telle mesure pourrait engendrer sur leur activité.

Bien avant l’officialisation de cette démarche, ces élus lot-et-garonnais avaient été sensibilisés sur ce sujet, récurrent depuis au moins 10 ans, par les responsables de l’entreprise BMS-UPSA lors de leurs différents entretiens.

La rencontre d’aujourd’hui leur a permis de plaider auprès du Ministère en faveur du maintien de la production et du site de BMS-UPSA à Agen, important pourvoyeur d’emplois en Lot-et-Garonne, tout en respectant l’objectif d’équilibre des comptes sociaux du Gouvernement.

Ils ont été écoutés et rassurés quant aux intentions du Gouvernement, qui est attaché au maintien et au développement d’une industrie pharmaceutique forte dans notre pays. Le processus de consultation engagé se poursuivra jusqu’au 6 février, sans, qu’à ce stade, aucune option ne soit privilégiée.

Ils s’emploient à obtenir des rendez-vous au Ministère du Redressement Productif ainsi qu’à Matignon.

Levée de l’immunité parlementaire de Serge Dassault Pierre Camani approuve l’action énergique du Président du Sénat

Catégorie : Communiqués de presse

Pierre Camani salue l’initiative prise par Jean-Pierre Bel qui a rétabli la procédure du vote à main levée au Bureau du Sénat. Cette initiative a permis de lever l’immunité parlementaire de Serge Dassault en toute transparence et ainsi d’assurer le bon déroulement de l’enquête sur des achats présumés de voix à Corbeil-Essonnes.

Par ailleurs, le Président du Sénat a également annoncé la création d’un groupe de travail parlementaire en lien avec l’Assemblée nationale qui aura pour objectif de redéfinir les contours de la notion d’immunité réservée aux députés et aux sénateurs. Cette démarche est de nature à apaiser les questionnements légitimes de nos concitoyens vis-à-vis de l’immunité parlementaire qui doit être une garantie d’indépendance et non un privilège ou un passe-droit.

Pierre Camani regrette que les sénateurs des groupes UMP et UDI, membres du bureau du Sénat, aient refusé de prendre part au vote ! En refusant de prendre leurs responsabilités, ils ont porté atteinte à la crédibilité de la Haute-Assemblée et ont voulu empêcher la justice de suivre son cours.

Réaction aux déclarations de Dominique BERTINOTTI de Lucette LOUSTEAU, Députée de Lot- et-Garonne et Pierre CAMANI, Sénateur et Président du Conseil général de Lot-et-Garonne

Catégorie : Communiqués de presse

Lucette LOUSTEAU, Députée de Lot-et-Garonne et Pierre CAMANI, Sénateur et Président du Conseil général de Lot-et-Garonne, font part de leur incompréhension après les déclarations de Madame Dominique BERTINOTTI, Ministre déléguée à la Famille, relatives au dossier BMS- UPSA. Ces annonces paraissent pour le moins surprenantes, insatisfaisantes et inadaptées. En effet, suite aux différentes interventions nationales des deux parlementaires ces dernières semaines, les particularités et spécificités du dossier BMS-UPSA ont été clairement reconnues par les cabinets d’Arnaud MONTEBOURG, Ministre en charge du Redressement productif, de Marisol TOURAINE, Ministre en charge des Affaires familiales et de la Santé, et de l’Elysée. Les réponses obtenues par Lucette LOUSTEAU et Pierre CAMANI lors d’échanges et rencontres récents avec ces Ministères les ont rassurés quant à l’issue de ce dossier. Aucun élément nouveau ne semble devoir le remettre en cause. Lucette LOUSTEAU et Pierre CAMANI réaffirment que le projet de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament de créer un groupe générique sans référence pour le paracétamol n’aurait aucun effet significatif sur le déficit de l’assurance maladie alors qu’il entraînerait un véritable séisme économique et social local avec la disparition de centaines d’emplois en Lot-et- Garonne. Aussi, ils continueront à se battre avec une détermination sans faille aux côtés des syndicats, des personnels, acteurs institutionnels et socio-économiques locaux, pour préserver les emplois de BMS-UPSA en Agenais.

Réforme de la carte judiciaire : Pierre Camani interpelle la Garde des Sceaux sur la situation lot-et-garonnaise.

Catégorie : Communiqués de presse

Lundi 1er octobre, les sénateurs, dans le cadre d’un débat organisé à l’initiative de la commission des lois, ont interrogé la garde des Sceaux sur la réforme de la carte judiciaire suite à la publication du rapport d’information : « La réforme de la carte judiciaire : une occasion manquée ».

Engagée dès le mois de juin 2007, la réforme de la carte judiciaire a bouleversé l’implantation territoriale de notre justice, et en particulier en Lot-et-Garonne : fermeture du tribunal d’instance de Nérac, des tribunaux de commerce d’Agen et de Marmande, du tribunal de grande instance de Marmande, transfert du greffe de Tonneins à Marmande. Et, aujourd’hui, menaces sur la cour d’appel d’Agen.

Conduite de manière brutale, sans concertation, et sans évaluation financière, la réforme est, malgré tout, achevée. Ce débat a d’ailleurs été l’occasion de rappeler le dévouement avec lequel les personnels de justice ont continué à assurer ce service public, malgré les conditions difficiles et tumultueuses des transferts.

Il est désormais nécessaire de faire preuve de pragmatisme et de considérer avec lucidité les solutions à apporter afin d’en corriger au maximum les effets pervers et de renforcer la proximité et l’efficacité qui font défaut dans certaines juridictions.

En effet, comme je l’ai rappelé à Madame la Garde des sceaux, nos concitoyens ont un impérieux besoin de justice à la fois proche et humaine. Je l’ai donc interrogée sur sa position quant à l’installation d’une chambre détachée du tribunal de Grande instance d’Agen à Marmande, et sur l’avenir de la cour d’Appel d’Agen, auquel est liée la pérennité de l’ENAP et du centre pénitentiaire.

La Ministre, déjà au fait de cette situation suite aux interventions de Matthias FEKL, Gérard GOUZES et moi-même, a confirmé sa volonté d’étudier l’ensemble des possibilités afin de trouver la solution la plus adaptée pour notre département, et nous invite à travailler, avec ses services, à la Chancellerie.

Interdiction du foie gras en Californie : Pierre CAMANI rencontre Guillaume GAROT pour exprimer sa solidarité envers la filière.

Catégorie : Communiqués de presse

Véritable fleuron de la gastronomie française, le foie gras est, depuis le 1er juillet 2012, interdit à la production et à la vente dans l’État de Californie (Etats-Unis). Si cette mesure n’affecte que de manière très minime la filière lot-et-garonnaise, j’estime nécessaire de défendre, au-delà de notre territoire, l’image d’excellence de ce savoir-faire.
Dans cette perspective, j’ai rencontré, avec les parlementaires du Grand Sud-Ouest, Guillaume GAROT, Ministre délégué à l’agroalimentaire, qui nous a assuré, et je m’en réjouis, de sa détermination à agir dans les plus brefs délais.
Nous avons donc envisagé la mise en place d’un plan d’actions se déclinant en deux volets. Au niveau scientifique, une étude plus précise sur la véritable incidence des techniques de gavage sur l’animal devrait être menée. Il sera également primordial de travailler, avec les producteurs, à la valorisation de l’exigence de qualité qui les guide dans la confection de ce produit.
Le fois gras appartient au patrimoine culturel et gastronomique français et lot-et-garonnais. Cinquième département français de palmipèdes à foie gras, le Lot-et-Garonne en produit chaque année 1 400 tonnes. Aussi, il nous faut, dès aujourd’hui, combattre l’influence que pourrait avoir la position californienne, notamment au sein de l’Union européenne.

Mise en place de la section d’études « Fruits et Légumes » au Sénat: engager une réflexion sur les difficultés de la filière

Catégorie : Communiqués de presse

Conscients des difficultés que le monde agricole traverse, et en particulier la filière fruits et légumes au regard de son importance dans notre département, nous avons proposé la création d’une section « Fruits et légumes » au sein du groupe d’études économie agricole et alimentaire et nous en assumons la co-Présidence.

Lors de la réunion constitutive qui s’est tenue cette semaine au Sénat, nous avons rappelé les grands axes de réflexion sur lesquels nous allons travailler, pour cette filière qui connaît des crises tant structurelles que conjoncturelles.

En priorité, le dossier « plans de campagne ». Nous engagerons au plus vite une recherche approfondie et une série d’auditions en vue de faire la lumière sur les faits, sur les responsabilités, et sur les cas litigieux qui restent en suspens.

Nous aborderons par ailleurs le coût du travail saisonnier et permanent, la contractualisation, l’organisation des filières ou encore l’impact de la nouvelle Politique Agricole Commune pour la période 2014 – 2020 sur la profession.

Les attentes des consommateurs seront aussi au cœur de nos travaux.

Compte-tenu de l’importance majeure de ces questions pour les producteurs lot-et-garonnais, nous souhaitons faire de la section « fruits et légumes » un cadre d’observation, d’écoute mais aussi de propositions pour l’avenir de la filière.
UA-55506347-1