Senat

Solidaires des élus kurdes détenus en Turquie

Catégorie : Actualité, Billets

Retrouvez la tribune que j’ai co-signée avec un certain nombre de mes collègues parlementaires, en soutien aux élus kurdes détenus en Turquie :

Solidaires des élus kurdes poursuivis, arrêtés, détenus en Turquie, nous les parrainons

Lorsque la Turquie a fait face à un coup d’Etat militaire, nous avons tous dénoncé avec force, condamné avec clarté, cette tentative contre l’expression de la souveraineté populaire.Mais aujourd’hui, nous sommes extrêmement préoccupés et alarmés par les récentes arrestations à la faveur de l’état d’urgence décrété le 20 juillet dans le pays.

Le 30 octobre, deux maires de Diyarbakir (1,8 million d’habitants), Mme Gultan Kisanak et M. Firat Anli, ont été arrêtés et placés en détention. Plus de 30 maires démocratiquement élus sont aujourd’hui détenus.

Le 4 novembre, Selahattin Demirtas et Figen Yuksekdag, les coprésidents du parti HDP, de même que 9 autres députés ont été arrêtés. Dix parlementaires sont aujourd’hui placés en détention en Turquie.

Ils sont tous membres du parti démocratique des peuples (HDP), parti qui a réussi par deux fois à franchir le seuil national de 10 % permettant d’envoyer, le 1er novembre, 59 députés au Parlement.

Troisième force politique du Parlement turc avec 6 millions de voix aux dernières élections législatives, le HDP, dont le parti Vert est un des constituants, est membre de l’Internationale socialiste et également membre associé du Parti socialiste européen. Il milite pour une Turquie ouverte, pro-européenne, représente la société turque dans sa diversité. Avec l’instauration de l’état d’urgence qui a permis l’interdiction de 102 médias, la suspension jusqu’à une chaîne de télé pour enfants, un régime qui porte la durée maximum de garde à vue à trente jours, dont l’organisation Human Rights Watch expose dans un rapport récent les tortures et les sévices en détention, nous devons réagir. Ce n’est pas la première fois que des députés sont jetés en prison en Turquie pour leurs idées. En 1994, Leyla Zana et trois autres députés kurdes avaient été arrêtés après la levée de leur immunité. Ils ont passé dix ans en prison, et Leyla Zana s’est vue attribuer le prix Sakharov du Parlement européen en 1995.

Si notre pays considère la Turquie comme un partenaire, ce lien créé également des devoirs. Le devoir de lui dire qu’en jetant en prison des journalistes, des magistrats, des avocats, des intellectuels, des syndicalistes, des élus, la Turquie s’éloigne des valeurs européennes de l’Union européenne, à savoir le respect de la dignité humaine, la liberté, la démocratie, l’égalité, l’état de droit, le respect des droits de l’homme, y compris des droits des personnes appartenant à des minorités. C’est pour ses valeurs, pour ses principes que nous demandons leur libération et exprimons notre solidarité, en parrainant avec beaucoup de fierté, les députés et les maires membres du HDP, menacés, arrêtés, détenus injustement en Turquie

 
 Tribune parue dans le journal Libération du 15 novembre

Le Département, collectivité moderne et innovante

Catégorie : Actualité, Billets, Communiqués de presse

Tribune que j’ai co-signée avec Henri Emmanuelli, Jean-Luc Gleyze, Jean-Claude Leblois et Germinal Peiro, Présidents des Départements des Landes, de Gironde, de Haute-Vienne et de Dordogne

Hier promis à la disparition sous prétexte d’économies, les Départements ont franchi le cap de la loi NOTRe, renforcés dans leurs prérogatives centrales. Les supprimer aurait été, selon leurs fossoyeurs, une source de maîtrise des dépenses, un moyen de clarifier la répartition des compétences des collectivités territoriales. Quelques mois plus tard, les Départements sont toujours là, et semblent plus que jamais essentiels… Devant la crise sociale qu’affronte notre pays, ils font pourtant face à bien des difficultés. Pourquoi les Départements restent-ils indispensables ?

La France est aujourd’hui organisée en 12 très grandes régions métropolitaines, des zones découpées au format européen plus qu’à l’échelle humaine. Dans ces espaces immenses, comment assurer un service public de qualité, adapté, réactif, quand les décisions prises à Bordeaux s’appliquent tout autant à Agen, qu’à Poitiers, Dax, Niort, Limoges, Pau, ou Périgueux ? Ici en Nouvelle Aquitaine, 12 départements sont rassemblés dans un espace grand comme l’Autriche.

Le Département se trouve donc renforcé comme échelon intermédiaire indispensable, en proximité avec les communes et les intercommunalités, et au service direct de sa population. La loi NOTRe voulue par le Gouvernement l’a conforté dans son rôle de « garant des solidarités humaines et territoriales ». Un accompagnement de chacun des habitants, et un développement de tous les territoires, voici le contrat que nous honorons sans relâche.

Comprenez derrière cette large bannière des solidarités que le Département intervient dans de nombreux champs de la vie quotidienne de nos concitoyens, et l’État sait pouvoir compter sur son efficacité chaque jour. Dans le champ social, le Département est le chef de file, le référent pour l’accompagnement des personnes âgées et des personnes en situation de handicap, pour les collégiens et les collèges, la protection maternelle infantile, l’insertion, le logement etc. Ces missions sont le cœur de métier des Départements qui, devant les tensions sociales auxquelles notre pays fait face, assurent un service public de qualité et essentiel.

Les Départements s’attachent à remplir leur mission territoriale : développer de manière équilibrée les villes et les campagnes. Certains Départements bénéficient de l’attractivité économique des zones urbaines. Il faut alors veiller à ce que toutes les richesses ne soient pas concentrées dans ces seuls secteurs. Cette péréquation opérée par les Départements entre les territoires, c’est le moyen d’assurer l’égalité entre les citoyens.

Dans les secteurs exclusivement ruraux, les difficultés sont souvent plus grandes, et la lutte est permanente pour maintenir la population, pour faire en sorte aussi que les bassins d’emplois conservent tout leur dynamisme et les villages toute leur vitalité. C’est précisément au Département d’assurer cet équilibre entre la ville et les campagnes, et de garantir une redistribution juste et équitable entre les zones prospères et celles qui souffrent davantage. Il est le bon échelon à la bonne taille.

Pour cela, les projets ambitieux ont toute leur importance : un service public de qualité partout, le déploiement du très haut débit dans les collèges et sur les territoires qui en sont privés, le soutien aux associations culturelles et sportives qui font vivre nos villes et villages, le tourisme, l’appui aux communes… Les Départements sont aussi investis en matière agricole, agroalimentaire et sylvicole : ils soutiennent les filières de qualité.

Dans un contexte de campagne présidentielle, les appâts de la peur et des questions identitaires semblent repousser les questions de la vie quotidienne au second plan des préoccupations des Français. Face aux difficultés de nos concitoyens, c’est bien au Département que revient le financement de l’insertion, des collèges, des allocations aux personnes handicapées, du soutien aux personnes âgées. Une charge croissante et incompressible, qui pèse de plus en plus sur les budgets départementaux. Une situation difficile et structurelle qui nous contraint de plus en plus à envisager de renoncer à certaines de nos politiques. Voici les collectivités territoriales devant des choix cruciaux: à force de tirer sur la corde, comment ne pas craindre que celle-ci finisse par rompre ?

Le Département est une collectivité moderne, la seule dont l’assemblée d’élus soit strictement paritaire, une collectivité d’avenir, une collectivité innovante. Et nous sommes convaincus que la plus grande innovation est humaine et sociale. Nous voulons compter sur les richesses et les talents de chacun pour rendre un service public efficace. Dans le tumulte des annonces, des petites phrases et des polémiques, les Départements maintiennent, au cœur de la République et du modèle social français, le cap fixé : donner du sens aux solidarités, apporter l’aide que nos concitoyens sont en droit d’attendre, agir pour l’égalité et l’attractivité de nos territoires !

23ème édition du Concours national de la création d’entreprises

Catégorie : Actualité, Actualités, Billets

La 23ème édition du Concours organisé par l’Agropole vient de s’achever par la remise des prix, ce lundi 26 septembre au Sénat. Agropole organise depuis 1994 le concours national de la création d’entreprises agro-alimentaire, en partenariat avec OSEO, l’Agence pour la Création d’Entreprise, l’Association Nationale de l’Industrie Alimentaire, le SIAL, l’IPA et la revue RIA (industrie alimentaire).

Ce concours est ouvert aux porteurs de projet et aux jeunes entreprises de production, process ou services agro-alimentaires. Il est doté de 60 000 euros de prix et a pour but de détecter des projets de création et de développement d’entreprises agro-alimentaires innovantes et de favoriser leur démarrage. Il n’implique aucune obligation d’installation de l’entreprise sur l’Agropole. Les candidats sélectionnés présentent eux mêmes leur projet au jury.

Le jury, co-présidé par Alain Rousset (président du conseil régional d’Aquitaine) et moi-même était composé de Laurent Sacchi (Danone), Gérard Bouleau (Bongrain), Jean-Bernard Bonduelle (Bonduelle), Grégoire Gonnord (Fleury-Michon), Jean-François Huet (Leclerc), Pascal Jeanson (Sodexo), Ariane Voyatzakis (BPI France), Alain Belais (APCE), Catherine Chapalain (ANIA), Gérard Julien (RIA), Nicolas Trentesaux (SIAL), J.René Buisson (Sopexa), J. Alain Mariotti (CCIT, agropole entreprises) et Pierre Camani (Président du conseil départemental, sénateur).

concours-agropole-16

Après délibérations, le jury a décidé d’attribuer le premier prix à la société bordelaise« SO Kombucha » créé par un couple d’entrepreneurs talentueux François et Nawal Quinson.

Cette société propose de fabriquer en France une boisson certifiée bio, le kombucha, célèbre outre-Atlantique et en Asie mais inconnue sur le continent européen. Cette boisson très riche en vitamines possède un fort pouvoir anti-oxydant et pourrait, de ce fait, attirer des consommateurs soucieux de leur santé et leur bien-être. Les propriétés gustatives et les vertus naturelles de cette « nouvelle » boisson a emporté l’avis du jury.

D’autres projets innovants ont été remarqués par le jury. C’est le cas, par exemple de l’entreprise « Le Petit Béret » qui propose des « vins » sans alcool afin de diversifier l’offre des sodas et des jus de fruits habituels. Enfin, la société « Matatie » a reçu le troisième prix pour ses pâtisseries fabriquées sans allergènes (œuf, gluten, lait, arachides, maïs ou encore soja).

Fier de présider avec Alain Rousset, Président de la Nouvelle Aquitaine, ce concours, je salue l’énergie créative de ces jeunes entrepreneurs qui représentent les pépites de l’économie de demain !

 

Saint-Astier – Ban des vendanges 2016

Catégorie : Actualités, Actualités locale, Au conseil général, Billets

Ce vendredi à Saint-Astier (au pigeonnier Jean Blanc) a eu le lieu le traditionnel Ban des vendanges organisé par l’association Saint-Vincent.

Cet événement très populaire et festif lance officiellement les vendanges en Duraquois, en présence des personnalités locales, des enfants des écoles, de la population et de la Confrérie du Maréchalat des Côtés de Duras et des jeunes étudiants de l’école hôtellière HASSELT (Belgique).

Moment de convivialité et de fierté pour cette magnifique appellation des Côtes de Duras.

 ban des vendanges  

ENAP d’Agen – Présentation du projet d’extension

Catégorie : Actualité, Actualités locale, Billets

Conférence de presse, ce lundi, en présence de Lucette Lousteau – Députée, d’Henri Tandonnet – Sénateur, de Jean Dionis-du-Séjour – Maire d’Agen, Président d’Agen agglomération et de Christian Dezalos – Maire de Boé, pour la présentation du projet d’extension de l’Ecole Nationale de l’Administration Pénitentiaire.

img_8524 Ce projet associe bien évidemment l’équipe pédagogique et technique de l’ENAP. Il vise à conforter la place de cet équipement en Lot-et-Garonne et ainsi éviter la création d’un deuxième site ailleurs qu’à Agen.

Nous défendrons ce projet devant Jean Jacques URVOAS, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, lors d’un rendez vous au Ministère le 11 octobre prochain.

Consultez le dossier de presse en cliquant ici >>  

Rencontre avec la filière prune sur l’exploitation de Patrick Léger à Monmarès (Villeneuve sur Lot)

Catégorie : Actualité, Actualités, Actualités locale, Billets

La récolte 2016 de prunes à pruneaux d’Agen s’annonce exceptionnelle, tant par la quantité que par la qualité.

prune-1

Réunion très intéressante, ce matin, après la visite de l’exploitation de Patrick Léger (Président du comité économique du Pruneau), en présence de Jacques Pommiès (Président du Bureau Interprofessionnel du Pruneau), des membres de la commission agriculture du conseil départemental et de son Président, Raymond Girardi, de Jean-Luc Jagueneau (Président de France prunes).

Les perspectives de développement de la filière ont été évoquées . Celles-ci sont très positives dans un contexte international porteur pour cette culture phare du Lot-et-Garonne.

prune

« Les Ateliers de Couthures » – Festival international du journalisme vivant : une réussite !

Catégorie : Actualité, Actualités locale, Billets

Du 29 au 31 juillet, le Festival du journalisme vivant « les ateliers de Couthures » a constitué un événement exceptionnel dans notre département.

Ateliers de couthures

Exceptionnel par l’objet, les thématiques et les intervenants. Réflexion sur l’information, la manière d’appréhender, sur comment retranscrire les transformations qui bouleversent le monde.

Exceptionnel par le site, la convivialité et le bonheur d’être là, partagé par tous les participants. Couthures/Garonne est un village exceptionnel, avec une force associative et une capacité à faire peu communes.

Exceptionnel par le projet, porté par Laurence Corona, directrice du festival, Directrice de communication des éditions Les Arènes, Marie-Pierre Subtil, rédactrice en chef du magasine 6Mois, Patrick de Saint-Exupery, rédacteur en chef de la revue XXI, deux nouveaux médias (achetez-les, vous serez épatés) qui produisent du journalisme de fond.

Leur projet : créer un événement qui ne ressemble à aucun autre, rassembler une immense rédaction, les lecteurs et les sujets vivants.

Pari réussi par la fréquentation 4 à 5000 festivaliers, mais surtout par la qualité des intervenants du monde entier et l’engouement du public, épaté, (plutôt jeune et curieux de tout), par le niveau des ateliers et des échanges, la qualité de l’accueil et la convivialité de Couthures, par le cadre exceptionnel : le village, la plage en bord de Garonne, le marché de producteurs pour casser la croûte …

L’ambition pour la 2ème édition en 2017: un Woodstock de l’information vivante ! Chiche ?

Attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray

Catégorie : Actualité, Billets, Communiqués de presse

Stupeur, émotion et sentiment de révolte à la suite du nouvel attentat survenu ce matin dans une église à Saint-Etienne-du-Rouvray.

Mes pensées vont aux victimes et à leurs familles.

La seule réponse à ces actes barbares inqualifiables, c’est l’unité et la solidarité. Les terroristes islamistes fanatisés ont pour seul objectif de nous diviser pour nous affaiblir. Ne tombons pas dans leur piège !

Attentat de Nice

Catégorie : Actualité, Au conseil général, Billets, Communiqués de presse

La France vient d’être touchée une nouvelle fois par un attentat d’une gravité extrême et d’une violence absolue.

Cet acte, commis le jour même de la Fête nationale, qui célèbre les valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité, est d’une barbarie sans nom.

Au-delà de notre douleur et de notre indignation, il nous faut continuer à assurer l’unité nationale de notre pays.

J’exprime toute ma solidarité aux victimes et à leurs familles. Conformément à la décision du Président de la République, la mise en berne des drapeaux de l’Hôtel du Département témoigne de l’hommage que je souhaite rendre, en mon nom et en celui de l’Assemblée départementale, aux victimes.

Je tiens enfin à saluer le professionnalisme, le courage et le dévouement des services publics, des sapeurs-pompiers, des équipes du Samu, des policiers et des gendarmes.

Rencontre avec Pierre Dubuc, co-fondateur de la start-up « OpenClassRoom » à Paris

Catégorie : Actualité, Billets

Cette entreprise a obtenu le prix BFM-Business en juin 2016. Avec trois millions de visiteurs par mois, la plateforme est aujourd’hui le 1er site français de cours en ligne (MOOC).

Ce site offre l’accès à plus de mille cours en ligne, suivis par des étudiants, des chômeurs ou des salariés en quête de reconversion professionnelle (https://openclassrooms.com)

Le but de cette entreprise, qui compte aujourd’hui une cinquantaine de salariés, est de rendre l’éducation accessible : que chacun puisse développer son employabilité sans barrière technique, financière ou de diplôme.

Visite très intéressante et très instructive, au coeur de l’innovation numérique.

Rencontre très sympathique avec un jeune homme de 27 ans (Pierre Dubuc) qui a créé sa première plateforme sur le net à …. 13 ans.

OPENCLASSROOM

UA-55506347-1