Examen de la loi Macron

Catégorie : Communiqués de presse

Dans le cadre de l’examen de la loi pour la Croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques, dite « loi Macron », j’ai présenté un amendement qui constitue une avancée importante pour le secteur des fruits et légumes, souvent malmené par la grande distribution lors des négociations de contrats cadres annuels.

Cet amendement prévoit d’interdire aux grossistes de proposer des services fictifs relevant de la fausse coopération commerciale attachés à la vente et qui favorisent grandement les marges de la grande distribution au détriment des producteurs de fruits et légumes frais.

Cette modification est soutenue par la majeure partie de l’interprofession fruits et légumes. Alors que mon amendement a reçu l’avis favorable du Gouvernement, il a été rejeté au Sénat suite à l’intervention de mon collègue Henri Tandonnet qui co-préside le Groupe d’études « Fruits et Légumes » avec moi. Nous avons toujours travaillé en bonne intelligence et je l’avais par conséquent informé de ma contribution.

Quelle ne fut pas ma surprise de constater que Henri Tandonnet n’a pas apporté son concours à cette disposition pourtant très favorable aux producteurs de fruits et légumes. Nous aurions pu, ensemble, offrir des garanties de stabilité à un secteur en grande difficulté et défendre les intérêts de nos producteurs locaux au niveau national. Au lieu de cela, mon collègue s’est clairement opposé à cette mesure sur la base d’arguments factices.

Au-delà des manoeuvres politiciennes incompréhensibles auxquelles il s’est livré au sein de l’hémicycle, la position d’Henri Tandonnet nuit à l’intérêt de notre territoire et d’un secteur vital pour l’économie du Lot-et-Garonne.

Je suis certain que mes collègues députés sauront défendre à l’Assemblée nationale cet amendement bénéfique au secteur des fruits et légumes.

Mots-clefs : , ,

UA-55506347-1