Archive pour avril, 2014

BMS UPSA / Pierre Camani et Lucette Lousteau se mobilisent

Catégorie : Communiqués de presse

Par courrier du 17 avril dernier, les parlementaires socialistes de Lot-et-Garonne ont à nouveau attiré l’attention de Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, sur les conséquences qu’entraînerait la générication du paracétamol pour l’entreprise BMS – UPSA et les très nombreux emplois directs et induits des sites agenais.
Dans sa réponse du 28 avril 2014, la ministre, qui s’est pleinement saisie du dossier, précise qu’une solution d’équilibre entre valorisation des médicaments génériques et préservation des emplois sera privilégiée.
L’intervention des parlementaires a permis d’instaurer un dialogue constructif entre le ministère et la direction de BMS – UPSA afin qu’une solution négociée et acceptable pour tous soit trouvée.
Les discussions se poursuivent – certaines pistes de travail doivent encore être approfondies. Néanmoins, les trois parlementaires réaffirment leur confiance en l’issue favorable de ce dossier et resteront entièrement mobilisés pour que les intérêts de l’Agenais et du Lot-et-Garonne soient pleinement pris en compte.

Implantation d’un Center Parcs en Aquitaine

Catégorie : Actualités locale

OUI POUR LE LOT-ET-GARONNE 

Un projet économique et touristique sans précédent !



L’implantation d’un complexe touristique de la dimension de Center Parcs,
c’est une première en Lot-et-Garonne et dans le grand Sud-Ouest.
Du jamais vu !!!

L’implantation d’un Center Parcs en Lot-et-Garonne, c’est également l’assurance de bénéficier d’une notoriété nationale et internationale et c’est un formidable booster pour l’attractivité du département.

L’implantation d’un tel équipement en Lot-et-Garonne – retenu pour accueillir une nouvelle clientèle venant de tout le grand Sud-Ouest – est le résultat d’une volonté commune entre la société Pierre et Vacances et le Conseil général.

Implantation d’un Center Parcs en Aquitaine

Catégorie : Billets

OUI POUR LE LOT-ET-GARONNE 

Un projet économique et touristique sans précédent !



L’implantation d’un complexe touristique de la dimension de Center Parcs,
c’est une première en Lot-et-Garonne et dans le grand Sud-Ouest.
Du jamais vu !!!

L’implantation d’un Center Parcs en Lot-et-Garonne, c’est également l’assurance de bénéficier d’une notoriété nationale et internationale et c’est un formidable booster pour l’attractivité du département.

L’implantation d’un tel équipement en Lot-et-Garonne – retenu pour accueillir une nouvelle clientèle venant de tout le grand Sud-Ouest – est le résultat d’une volonté commune entre la société Pierre et Vacances et le Conseil général.

Non cumul des mandats Pierre Camani salue le vote courageux de l’Assemblée nationale

Catégorie : Communiqués de presse

Pierre Camani se félicite du vote de l’Assemblée nationale qui rétablit, dans sa version initiale, le texte de loi interdisant le cumul d’un mandat de député ou de sénateur avec des fonctions exécutives locales.

Cette loi constitue une réelle avancée démocratique qui correspond aux attentes profondes de nos concitoyens et qui permettra la modernisation, nécessaire, de la vie politique dans notre pays.

Pierre Camani appliquera donc cette disposition dès son entrée en vigueur, comme il l’a toujours annoncé, ce qui lui permettra entre-temps de poursuivre et terminer les réformes et projets lancés avec son équipe à la tête du Département et de préparer a succession sereinement et dans la concertation.

Lutte contre le dumping social dans les transports routiers

Catégorie : Communiqués de presse

Pierre Camani se félicite des mesures annoncées par Frédéric Cuvillier, Ministre délégué en charge des transports, pour renforcer l’action de contrôle contre le dumping social dans les transports routiers.

L’instruction interministérielle qui vient d’être signée entre les ministres chargés des transports, de la concurrence, des douanes, du travail, du redressement productif et de l’intérieur, est une nouvelle marque de la lutte sans merci que le Gouvernement a engagée contre les injustices économiques et sociales que subit le pavillon français en raison de pratiques de distorsion de concurrence de la part des transporteurs de l’Union Européenne.

Cette instruction interministérielle diffusée aux préfets optimise la coordination des services de l’Etat dans le contrôle des transports routiers, qui portera notamment sur la lutte contre le cabotage routier irrégulier(*), la lutte contre le travail illégal dans les transports routiers de marchandises, le respect des règlementations sociales européennes concernant le temps de conduite et le temps de repos et la lutte contre les pratique portant atteinte à la loyauté des relations entre les transporteurs et leurs donneurs d’ordre.

Le Gouvernement renforcera l’effectivité des règles protectrices des entreprises et des travailleurs de la route par des sanctions efficaces. Parallèlement aux sanctions pénales, le recours aux sanctions administratives sera renforcé pour agir de manière plus dissuasive.

Par cette instruction, le Gouvernement affirme sa volonté d’agir de manière efficace au niveau national. Il portera également cette orientation au niveau européen, afin de frapper encore plus fort contre le dumping social dans le transport routier.

Pierre Camani estime que ces mesures vont dans le sens des revendications des transporteurs routiers français et sont une première étape vers une meilleure réglementation au niveau européen.

(*) cabotage routier irrégulier : Lorsque le transport international est à destination du territoire français, le cabotage est autorisé, après déchargement des marchandises, dans la limite de trois opérations sur le territoire français

La loi d’avenir sur l’agriculture, l’alimentation et la forêt adoptée à une large majorité en première lecture au Sénat

Catégorie : Communiqués de presse

L’examen de la loi d’avenir sur l’agriculture, l’alimentation et la forêt, pour laquelle Pierre Camani est Rapporteur pour avis au titre de la Commission Aménagement du territoire et Développement durable au Sénat, a pris fin tard dans la nuit du mardi 15 au mercredi 16 avril.
Pierre Camani se réjouit donc que le Sénat ait amélioré et adopté avec une large majorité ce texte d’avenir qui a fait consensus sur de nombreux sujets. Les discussions ont donné lieu à des débats de fond traitant les problématiques rencontrées au quotidien par les agriculteurs. Ce projet de loi novateur place sur un même plan la compétitivité économique et la compétitivité environnementale, car la performance environnementale devient un atout essentiel dans la compétition mondiale.
L’originalité du texte réside dans le fait que cette orientation ne se réalise pas par le règlement et la contrainte, mais par la stimulation de l’expérimentation, des pratiques innovantes et leur diffusion auprès des agriculteurs. Les nouveaux Groupements d’intérêt économique et environnemental permettront de développer ces opportunités.
La Haute Assemblée a entériné les grandes mesures phare du projet telles que la création des Groupements d’intérêt économique et environnemental (GIEE), les dispositions favorables à l’installation des jeunes agriculteurs et celle de l’Institut agronomique vétérinaire et forestier.
Mais le Sénat a d’abord voulu simplifier les procédures en allégeant certaines contraintes d’urbanisme, en créant un registre qui recense les actifs et les pluriactifs, en accélérant le processus de délivrance des autorisations de mise sur le marché, en encadrant le bail environnemental. L’accès au foncier et l’installation des jeunes ont été encore améliorés.
Enfin, le Sénat a également instauré la compensation en nature de terres agricoles perdues dans le cadre des politiques d’aménagement.
Pour toutes ces raisons, Pierre Camani salue une nouvelle fois la démarche novatrice de ce projet de loi d’avenir qui dépasse les clivages obsolètes entre, d’un côté, une agriculture productiviste et, de l’autre, une agriculture plus environnementale. Ce texte traduit la détermination du Gouvernement à engager notre agriculture dans une nouvelle voie afin de répondre à la crise durable qu’elle traverse depuis plusieurs années.

La loi d’avenir sur l’agriculture, l’alimentation et la forêt adoptée à une large majorité en première lecture au Sénat

Catégorie : Communiqués de presse

L’examen de la loi d’avenir sur l’agriculture, l’alimentation et la forêt, pour laquelle Pierre Camani est Rapporteur au titre de la Commission Aménagement du territoire et Développement durable au Sénat, a pris fin tard dans la nuit de mardi à mercredi.

La compétitivité économique et la compétitivité environnementale sont désormais placées au même plan. Car la performance environnementale devient un atout essentiel dans la compétition mondiale. L’originalité du texte réside dans le fait que cette orientation ne se réalise pas par le règlement et la contrainte, mais par la stimulation de l’expérimentation, des pratiques innovantes et leur diffusion auprès des agriculteurs. Le Groupement d’intérêt économique et environnemental va permettre d’offrir ces opportunités.

Pierre Camani se réjouit donc que le Sénat ait adopté avec une large majorité ce texte d’avenir qui a fait consensus sur de nombreux sujets. Les discussions ont donné lieu à des débats de fond traitant les problématiques rencontrées au quotidien par les agriculteurs.

La Haute Assemblée a bien sûr entériné les grandes mesures phare du projet telles que la création des Groupements d’intérêt économique et environnemental (GIEE), les dispositions favorables à l’installation des jeunes agriculteurs et celle de l’Institut agronomique vétérinaire et forestier.

Mais le Sénat a d’abord voulu simplifier les procédures en allégeant certaines contraintes d’urbanisme, en créant un registre qui recense les actifs et les pluriactifs, en accélérant le processus de délivrance des autorisations de mise sur le marché. Les réalités économiques ont bien été pris en compte par les sénateurs qui connaissent bien les milieux agricoles. Ainsi, l’encadrement du bail environnemental, l’accès au foncier et l’installation des jeunes ont été encore améliorés.

Enfin, la Seconde Chambre a fait preuve de volonté politique en introduisant des nouveautés comme la triple performance économique, environnementale et sociale des futurs GIEE ou en instaurant la compensation en nature de terres agricoles perdues dans le cadre des politiques d’aménagement.

Pour toutes ces raisons, Pierre Camani salue une nouvelle fois la démarche novatrice de ce projet de loi d’avenir qui dépasse les clivages obsolètes entre, d’un côté, une agriculture productiviste et, de l’autre, une agriculture prenant en compte l’environnement. Ce texte traduit la détermination du Gouvernement à engager notre agriculture dans une nouvelle voie afin de répondre à la crise durable qu’elle traverse depuis plusieurs années.

Pierre Camani et Henri Tandonnet solidaires pour valoriser la filière fraise lot-et-garonnaise

Catégorie : Communiqués de presse

Alors que la première lecture du projet de loi d’avenir sur l’agriculture, l’alimentation et la forêt s’achève au Sénat, Pierre Camani et Henri Tandonnet, Sénateurs de Lot-et-Garonne, organisent ce soir à 18h30, en partenariat avec l’Association d’Organisations des Producteurs nationale Fraise (AOPn), une dégustation-débat entièrement consacrée à la présentation des enjeux de la filière fraise.
En tant que co-présidents du Groupe d’études « Fruits et Légumes », les sénateurs souhaitent attirer l’attention des parlementaires et de la presse spécialisée sur le dynamisme de cette filière grâce au travail de mise en réseau réalisé par l’AOPn. Le Lot-et-Garonne est aujourd’hui le premier département producteur de fraises en France.
Le Président de l’AOPn, Xavier Mas, viendra exposer les grands enjeux de la fraisiculture tandis le Président de l’Association Interprofessionnelle de la Fraise de Lot-et-Garonne, Philippe BLOUIN, présentera les différentes variétés de fraises aux participants.
L’objectif défendu par les deux sénateurs est de mettre en évidence les résultats obtenus par l’AOPn qui, grâce à une politique variétale intelligente, des formations adaptées pour obtenir des produits de très haute qualité et une communication efficace, a réussi à reconquérir le marché français malgré une vive concurrence européenne et mondiale.
Cette initiative lot-et-garonnaise a permis à la fois de fédérer de nombreux producteurs, de renforcer la qualité et de répondre aux exigences des consommateurs. L’obtention du « Label Rouge Fraise » délivré en 2009 par le Ministère de l’Agriculture a récompensé les efforts menés par l’AOPn pour rendre attractif le secteur ce qui bénéficie à l’ensemble du département.
Des jeunes agriculteurs sont aujourd’hui attirés par la fraisiculture et augmentent encore les capacités de production de fruits et légumes du Lot-et-Garonne déjà très bien placé au niveau national.

Pierre CAMANI mobilisé sur la loi d’avenir sur l’agriculture, l’alimentation et la forêt examinée cette semaine au Sénat

Catégorie : Communiqués de presse

Rapporteur pour avis de la loi d’avenir agricole pour la Commission Aménagement du territoire et Développement durable au Sénat, Pierre Camani a débuté hier soir l’examen de ce texte fondateur pour l’agriculture française de demain. La première lecture s’achèvera très certainement dans la nuit de samedi…
Avec 25% d’exploitations en moins en 10 ans et un recul de ses parts de marché à l’exportation, l’agriculture française traverse des difficultés. Mais la ferme France demeure l’une des plus performantes du monde !

Le projet de loi présenté par le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll, reconduit dans ses fonctions dans le nouveau Gouvernement, a pour ambition de donner un nouvel élan à notre agriculture en favorisant des modèles de développement à la fois plus performants et durables.

La compétitivité économique et la compétitivité environnementale sont désormais placées au même plan. Car la performance environnementale devient un atout essentiel dans la compétition mondiale.

L’originalité du texte réside dans le fait que cette orientation ne se réalise pas par le règlement et la contrainte, mais par la stimulation de l’expérimentation, des pratiques innovantes et leur diffusion auprès des agriculteurs. Le Groupement d’intérêt économique et environnemental va permettre d’offrir ces opportunités.

La performance sanitaire constitue un enjeu important du texte et répondra aux attentes de nos concitoyens en termes de transparence, de traçabilité et de qualité des produits.

Prévoir l’avenir, c’est aussi assurer le renouvellement des générations. C’est pourquoi, des mesures spécifiques sont prises pour favoriser l’installation des jeunes agriculteurs. Par ailleurs, le projet de loi réaffirme le rôle stratégique de l’enseignement agricole technique et supérieur qui est défini comme la clef de voûte du changement des pratiques et systèmes agricoles au service de la double performance économique et environnementale. Enfin, la création du nouvel Institut national agronomique, vétérinaire et forestier parachèvera la volonté de promouvoir l’excellence de la recherche française dans le domaine agricole.
Pierre Camani salue ici la démarche novatrice de ce projet de loi d’avenir qui dépasse les clivages obsolètes entre, d’un côté, une agriculture productiviste et, de l’autre, une agriculture écologique.

Projet de loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt – Avis de la commission du développement durable

Catégorie : Interventions

Monsieur le Président,
Monsieur le Ministre,
Mes chers collègues,

Avec 25 % d’exploitations en moins en 10 ans et un recul de ses parts de marché à l’exportation, l’agriculture française, il est vrai, traverse des difficultés. Mais la ferme France reste l’une des plus performantes du monde.
C’est dans ce contexte en demi-teinte que s’inscrit le projet de loi que nous présente aujourd’hui le Gouvernement. Il intervient aussi dans un cadre européen renouvelé par la réforme de la Politique agricole commune.
Ce texte traduit la volonté de donner un nouvel élan à notre agriculture, en favorisant des modèles de développement à la fois plus performants et plus durables. Compétitivité économique et compétitivité environnementale ne sont plus opposées l’une à l’autre.
La performance environnementale devient même un atout dans la compétition mondiale. Elle n’est plus perçue comme une contrainte. Au contraire, elle ouvre le champ des possibles, favorise le collectif, l’initiative, l’innovation, l’expérimentation et l’échange.
UA-55506347-1